Le 3 mai 1936, le Front Populaire, dont le Parti Communiste est une des principales forces, gagne les élections et provoque par sa victoire un élan de revendications chez les travailleurs. Les luttes menées permettent de nombreux acquis dont l’octroi de congés payés. Ces 15 jours de congés permettront surtout aux Français de partir en vacances, et ce dès l’été 1936. En étant accessibles à tous, les vacances deviennent un droit pour tous.

Pourtant 80 ans après, les gouvernements successifs, sous prétexte de crise, appliquent les mêmes politiques d'austérité, remettant en cause, un par un, la totalité de nos acquis sociaux, pour le plus grand bonheur du patronat. Si la démocratisation des vacances est une réalité incontestable, près de la moitié des français en sont encore totalement exclus et autant déclarent avoir diminué de façon drastique leur budget vacances.
La Fédération du PCF95 a décidé de permettre à 230 Valdoisiens, enfants et adultes,  oubliés des vacances de passer une journée à Dieppe le samedi 23 juillet. Le coût de cette journée est entièrement pris en charge par une souscription exceptionnelle auprès des militants communistes.

Cette souscription a permis d’affréter 4 bus au départ d’Argenteuil, Bezons, Montigny/Cergy, Persan/Beaumont/Mériel.
 Accueillis très amicalement par la municipalité communiste de Dieppe, les Valdoisiens ont pu se baigner, se balader dans cette belle ville et profiter des animations de rue. Une vraie belle journée et la lueur dans les yeux des enfants est la plus belle des récompenses. Les enfants ont reçu en cadeau le dernier « PIF Gadget » avant de regagner le Val d’Oise.

La politique n’a pas été oubliée tant dans les discours d’accueil de la Maire-adjointe de Dieppe, Patricia Ridel, ou dans celui du secrétaire départemental du PCF95 et conseiller régional, Jean-Michel Ruiz. Des dizaines de formulaires de la « consultation citoyenne » lancée par le PCF pour rédiger une plateforme pour les échéances de 2017 ont été remplis par les participants.