"Les communes sont encore confrontées cette année à la baisse des dotations de l’Etat, issue du plan d’économie 2015/2017 destiné à financer « le pacte de responsabilité » à hauteur de 50 milliards d’euros initié par le gouvernement Hollande sur lequel Monsieur le maire, en tant que député vous avez voté pour en décembre 2015. Au regard de l’impact des conséquences sur la commune, un vote contestataire aurait été plus en adéquation avec votre volonté déclarée de garder pour notre collectivité la qualité des services publics.

La baisse des concours financiers aux collectivités de 11 milliards jusqu’en 2017 impacte gravement les communes mais aussi leurs populations, l’emploi, l’investissement et la qualité des services publics. Pour Montigny -lès-Cormeilles, il est prévu une perte de 5 millions 750 milles entre 2014 et 2019.

Une étude « Territoires et Finances » précise que la réduction budgétaire impact lourdement les investissements des collectivités de 16 à 27%, selon les différents scénarios. Or, la baisse de l’investissement alimente le déclin économique de notre pays.

De plus, les communes du Val d’Oise vont devoir subir les choix de la majorité de droite du Conseil départemental  qui prévoit  une baisse des subventions accompagnée, dans le même temps d’une nouvelle augmentation de la taxe foncière de 29.6 % soit 93 € par famille propriétaire de son logement. Madame Docteur, par votre vote vous avez pénalisé une fois de plus les ignymmontains. Ceci est conforme à la déclaration de M. Lamielle, du 19 novembre 2012, faisant part de ses interrogations sur le maintien de la non-augmentation des taux de la fiscalité.  Ces choix concordent avec l’interview de Nicolas Sarkozy faîte au Parisien, où il précise ses intentions de poursuivre la baisse des moyens dévolue aux collectivités locales en annonçant une baisse de 100 milliard de réduction des dépenses publiques s’il était élu de nouveau Président de la République.

Les élus du groupe du Front de Gauche remarquent que les libéraux de tout poil développent tous la même théorie : les dépenses publiques, les charges sociales, le code du travail sont responsables de la crise. Il faut donc réduire. Les élus du groupe Front de Gauche pensent que les difficultés actuelles ne découlent pas d’un excès des dépenses publiques mais de la monté exponentielle de la finance.

Par conséquent, depuis plusieurs années, la commune a subi des pertes de ressources considérables alors qu’en même temps, l’Etat nous impose sans cesse de nouvelles charges comme les TAP, les nouvelles normes, l’augmentation des fluides  taux de TVA etc….

Si les orientations budgétaires présentées vont dans le bon sens pour une partie d’entre elle comme la non-augmentation des impôts, le développement des actions en direction de l’enfance, de la jeunesse, de l’écologie, du cadre de vie, de l’action sociale et le soutien aux familles touchées par le plan de prévention des risques naturels et aux associations, vous comprendrez  Monsieur le Maire que les élus du groupe Front de Gauche ne puissent cautionner deux points des orientations présentées :

- La création de la police municipale, dont on n’a toujours pas à ce jour le montant des dépenses qui va impacter le budget, dépenses, par ailleurs qui ne régleront en rien les insécurités locales et qui sont réalisées dans le cadre d’un budget en diminution.

et

- L’annonce de la remise en cause des acquis des agents de la collectivité. Monsieur le Maire, la commune de Montigny-lès-Cormeilles a une histoire. Sous tutelle dans les années 80, les agents n’ont pu bénéficier d’un régime indemnitaire équivalant aux autres collectivités, aussi pour compenser ce manque à gagner les agents ont bénéficié de congés supplémentaires.

Lors de notre accord pour le second tour, il avait été précisé que la ville ne s’engagerait pas dans la mise en place d’une police municipale et s’attacherait à améliorer les conditions de travail des agents sans aucune atteinte aux acquis sociaux.

Aussi, les élus du Front de Gauche seront particulièrement vigilants lors du budget primitif voté le 31 mars prochain."

Pascal VIDECOQ pour le groupe FRONT DE GAUCHE.