Vendredi 27 novembre, à l'appel du Front de gauche Montigny, plusieurs dizaines d'Ignymontains se sont rassemblés et ont exprimé leur soutien à la liste conduite par Pierre Laurent, Eric Coquerel et Clémentine Autain pour les élections régionales de dimanche 5 décembre.

Les élus Front de gauche de Montigny ont exprimé les raisons qui les associaient à cet appel.
Pascal Videcoq (Pcf, Montigny) et Françoise Jolly (Parti de gauche, Pierrelaye), candidats du Val d'Oise, ont présenté les propositions pour nos villes, notamment la construction d'un lycée à Montigny.
Jean-Michel Ruiz (PCF 95), Alima Boumediene Thiery (Ensemble), Ian Brossat (adjoint Pcf mairie de Paris), ont éclairé les enjeux du scrutin.

regions 008

Au cœur des débats, à deux jours de l’ouverture de la COP21, les mesures que défendront les élus du Front de Gauche pour le développement des transports en commun, la  mise en place de pistes cyclables, du covoiturage et d’un véritable plan de déplacement urbain. Sujet évoqué par Françoise Jolly. Autre question abordée allant dans le même sens : la gratuité des transports pour les plus jeunes et un tarif adapté pour les seniors favorisant l’utilisation des modes de déplacements alternatifs à la voiture et moins polluant.

L’alarmante augmentation du chômage dans notre département a été soulevée par Pascal Videcoq et Jean-Michel Ruiz avec l’inquiétude des retombées économiques catastrophiques sur l’ensemble du département du Val d’Oise du plan de licenciement de 3 000 salariés d’Air France.

Alima Boumediene Thiery, militante associative a évoqué de son côté, une des actions qu’elle portera à la région si elle élue : la lutte contre toutes les discriminations.

Enfin, après avoir rappelé que se loger était un droit pour tous, Ian Brossat, a expliqué que les élus du Front de Gauche se battront d’arrache pied afin que l’exécutif de la région prennent de sévères sanctions à l’égard des maires d’Île-de-France qui refusent de construire 25 % de logements sociaux dans leur ville. Préférant payer des amendes pour non respect de la loi. Il a aussi annoncé que les candidats de Nos vies d’abord œuvreraient pour la construction de 50 000 nouveaux logements sociaux pour les étudiants.

Tout juste deux semaines après les tragiques attentats du 13 novembre, impossible de ne pas évoquer la douleur encore vive, l’incompréhension de acte barbare, l’état d’urgence prolongé de trois mois décrété dans l’urgence pour certains ; et pour finir, dans ces circonstances de s’inquiéter très fortement de la montée des idées antisociales du Front national.