Les Elus du groupe Front de Gauche ne peuvent qu’être favorable à la mise en place de ce conseil municipal extraordinaire permettant l’accueil de familles réfugiées. Ils appuient la proposition de mettre tout en œuvre pour assurer un accueil de qualité et remercient chaleureusement les associations et les services municipaux pour leur implication.

Enfin, après 29 000 morts et devant l’insoutenable, l’humanité refait surface. Face à la solidarité des peuples qui se met en place, l’Europe-forteresse se fissure. Rien n’est plus important que notre devoir de solidarité immédiate et concrète. Les élus du Front de gauche, dans notre pays, porteurs d’une forte tradition d’accueil des réfugiés et migrants, appellent tous les élus de France à s’engager encore plus dans des actes de solidarité.

Cette solidarité des citoyens et des élus au niveau local, départemental, régional et national n’exonère pas l’Etat de ses responsabilités. L’annonce par le Président de la République de l’accueil de 24 000 réfugiés sur deux ans est une goutte d’eau dans une mer de sang. La France doit renouer avec ce qui a fait sa grandeur dans le monde entier : le droit d’asile.

Opposons une action collective solidaire et humaniste aux discours sectaires et xénophobes de certains élus, qui souhaitent trier les demandeurs d’asile selon leur nationalité ou leur pratique cultuelle. De même, le Président de la République ne s’est pas, pour l’instant, engagé sur des moyens d’Etat nationaux pour permettre cet accueil. Pour accueillir en France les populations en danger, il faut sortir des logiques d’exclusion et de rejet qui frappent actuellement les populations déjà en errance sur le territoire français, victimes elles aussi, en d’autres lieux et d’autres temps, des guerres, des persécutions et de la misère. Il faut rompre avec cette politique d’Etat qui ne fait qu’exclure.

Il est essentiel de travailler l’accompagnement des personnes sans papiers, des familles Roms,  des sans domicile fixe et des habitants des bidonvilles toujours plus nombreux. Il faut stopper l’austérité qui frappe les collectivités locales, maillons essentiels de l’égalité républicaine et de la fraternité.

L’arrivée d’une population nouvelle et en difficulté pour un certain temps sur des territoires déjà fragilisés impliquent nécessairement un haut niveau d’accueil et d’intégration. Cela veut dire  attribuer des moyens aux communes qui sont les chevilles ouvrières, pour leur permettre d’assurer l’accueil et l’accompagnement des populations en situation difficile. Cela est d’autant plus nécessaire si l’on veut accueillir dignement une population nouvelle sans aggraver les divisions existantes au sein de la société française et entretenir, ainsi,  les fractures mortifères que notre pays connait, particulièrement dans les territoires déjà fragilisés y compris dans notre ville.

Des solutions existent :
- en soutenant le travail des associations d’accueil aux migrants et de lutte contre la misère,
- en réquisitionnant des logements et des bâtiments vides qu’ils soient publics ou privés.
- en donnant de nouveaux moyens au logement social, et non pas son contraire,  pour permettre d’inscrire ces familles qui arriveront sur notre sol dans des parcours durables, sans créer un sentiment de concurrence entre français et réfugiés.
- en  renforçant les moyens pour l’école dans les dispositifs dédiés comme dans le cursus ordinaire, pour que chaque enfant trouve sa place et devienne une richesse pour notre pays.

Face aux logiques de l’économie libérale et de l’argent roi, c’est par la solidarité et les coopérations que nous construirons un monde de paix et de liberté. De surcroit, les nouvelles frappes françaises décidées ne règlent en rien la situation syrienne, les milliers de frappes de la coalition dirigée par les Américains n’ont-elles pas échoué à enrayer l’engrenage meurtrier ? Elles ne vont servir qu’à nourrir les grands groupes d’armement, les  fournisseurs d’armes et entrainer une austérité encore plus grande en vers les peuples.
Sans engagement déterminé de la France dans la recherche immédiate d’une solution politique, engageant l’ensemble des parties et des puissances impliquées, la logique militaire s’embourbera et nourrira les forces de Daech qui ne souhaitent que la confrontation militaire. Une nouvelle fois, notre pays risque de faire fausse route en continuant à considérer que l’intervention militaire devrait précéder tout règlement politique. Cependant, nous réaffirmons, ce soir, que nous soutenons avec détermination le principe de l’engagement d’une force militaire contre Daech pour autant qu’elle s’inscrive dans le cadre de l’ONU et s’accompagne d’une feuille de route politique associant l’ensemble des acteurs régionaux. Une intervention hors de toute autorisation onusienne placerait la France dans l’illégalité au regard du droit international.

Aussi, les élus du groupe Front de Gauche ignymontains, attachés aux droits de l’homme  appellent l’arrêt des logiques guerrières de ces dernières années qui ont semées le chaos  en Lybie, en Syrie, en Afghanistan et en Irak. Les engrenages de violences qui en découlent, ouvrent un boulevard aux barbares de Daesh. Il faut stopper toute tentation de nouvelle escalade en Syrie et condamner sans ambiguïté l’attitude scandaleuse et meurtrière du gouvernement Turc vis-à-vis du peuple Kurde et de la situation à Kobané.

Nous demandons que notre pays applique :
- Le respect de la convention de Genève sur les réfugiés et la mise aux normes du Haut-commissariat aux Réfugiés de l’O.N.U. des centres d’accueil en doublant leurs capacités.
- La mise en place des dispositifs de soutien médico-social, des parcours d’insertion professionnelle et de scolarisation des enfants dans le respect des droits de l’enfant défini par la convention de l’O.N.U.
-  Une action pour revoir les politiques de visas de l’U.E. et demande l’abrogation de la directive de Dublin.
- Une réorientation des missions du dispositif Frontex et le dote de nouveaux moyens pour assurer un accueil digne des réfugiés par la mise en place de parcours sécurisés.

Et il faut exiger du gouvernement français et de l’union européenne de venir en aide aux camps situés dans les pays limitrophes des zones de conflit qui accueillent des réfugiés par dizaine de milliers comme la Tunisie, le Liban, la Turquie et la Somalie.
Les élus du groupe Front de Gauche s’insurgent contre tous les obscurantismes et rappellent leur solidarité envers les peuples, aussi approuvent-ils la venue à Montigny-lès-Cormeilles de familles réfugiées contraintes à l’exode.